Aux heures du début

Je redécouvre
A chaque jour nouveau
Encore infime et débutant
Les courbes
Environnantes
Sous la lumière
Pleine
Et dans le noir
Intense
En collines magiques
Éclairées
En points multiples
En lignes vallonnées
Les paysages
Que seront les miens
D’avenir
Et de l’autre côté
La ligne précise, concave
Finitude cisaillante
Où se joue
Une heure puis les suivantes
Les couleurs extravagantes
En teintes déclinées
Au jeu de miroir
Du milieu parfait.

Attendrissement
Au soir pénétrant
Ne s’originant de rien
Arrimé au seul instant de la contemplation
Devant ces lumières urbaines,
Neuves et rassurantes
Devant ces immeubles citadins,
Bien rangés, carrés, en quinconce
Sur la colline d’en face

La voie rectiligne et les égarements oubliés.

C’est toujours au cœur de ces nuits étranges
Solitaires et éveillées
Lorsque le silence est unanime
Impénétrable
Lorsque le noir est vaste
Profond
Seule la nature présente se manifeste
En bruissements
Et légers soulèvements
Que l’idée informulable
Mais tenaillante
Se fraie un chemin irréfutable
De la volonté de changement
Indiscutable
Cette certitude vague
Imposante.

Mon regard s’étonne
Innocent et vierge
De cette terre neuve
D’accueil et d’exil
Élus
Où tout demeure
Inconnu encore
A faire
A construire
A inscrire
A écrire.

Le renouveau
Débuts neutres et vierges
Au blanc immense
Pourraient être prometteurs
Laissant un point d’interrogation
Gigantesque
Effrayant
A en rester figée
Sous une pression intense
De réussir
Cette fois
De changer
Enfin
Pour une voix plus juste
Un tournant signifiant
Une différence
L’amorce.

Le poids courbe mon esprit
Mis à l’épreuve
De l’injonction
Pressante et imminente
Savoir quoi faire.

Les débuts sont précieux
A l’instar d’une formule magique
Ils recèlent le mystère du possible
Voie ouverte
Sur un néant grandiose
A contempler.

Je pourrais m’y allonger pour l’éternité
Tout y est
Et rien n’y est condamné
En devenir, en présence
Je voudrais en capturer l’essence
Et en saisir les volutes volatiles.

S’il pouvait s’étirer indéfiniment
Un endroit hyper extensible
J’y établirais
Demeure
Dans un vaste confort
Dans une béatitude
Étalée.

L’écriture pour retenir
Le fugace, ce presque imperceptible
La tentative en jets tracés
En lignes incarnées.

L’échappatoire
Peut-être.

A.T.

0 Réponses à “Aux heures du début”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




Un livre Un jour |
Saffaetcharlotte |
Vis, Vole et Deviens... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Les lendemains de la poésie
| Leblogdelpapet
| Cheminfaisant56