L’essence ciel

Allongée,
Les yeux clos
Elle expérimente
Dans l’immobilité la plus parfaite
Les tentatives les plus extravagantes.
D’autres diraient qu’elle est morte
Inerte et figée
Sans bouger,
Étalée dans sa majestueuse solitude
Alors que l’ailleurs est partout en elle.
Elle est remplie de visages et de corps
D’aventures qui les mélangent
A la guise de sa fantaisie
Et les animent de mille mots
Dans les décors les plus audacieux et inattendus
Tous lumineux, tous colorés
Formes et variations déclinées
En contrastes milliardaires.
C’est le monde entier
Qu’elle contient
Dans son corps
Dans sa tête
Derrière ses yeux fermés.

Attendrie par ses semblables
Elle contemple leurs rapprochements duellesques
En danses gracieuses et mystérieuses
Aux airs de romances américaines
Dont elle ne possède pas les sous titres
Derrières ses lunettes noires dissimulée
Sur le moelleux canapé retranchée
De sa contemplative et suspensive solitude.

A.T.

0 Réponses à “L’essence ciel”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




Un livre Un jour |
Saffaetcharlotte |
Vis, Vole et Deviens... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les lendemains de la poésie
| Leblogdelpapet
| Cheminfaisant56