Errances

Je me suis noyée
En des eaux sulfureuses
Des excès
Abreuvée
La soif de l’infini
Par le vulgaire
Je m’effraie à tournoyer
Et m’étourdir
L’intérieur grondant
De sa démesure
Au cri
A la vie
Tel un cœur battant
Fait sentir sa pression
Palpitante
A vouloir rompre la barrière
Exploser la peau
Par son passage forcé
Violant l’unité
Au délire imagé
D’un impénétrable
Tant défendu
A corps et âme perdus.

Et je me suis sentie seule
Salie
Abimée
Au milieu de cet espace troublé
De vapeur et de fumée
Comme au cœur d’entrailles visqueuses
Dans les battements artificiels
Des destins croisés
A peine effleurés
Et j’ai cherché
De tout côté
Porté des regards désespérés
Aux diagonales
Se terminant en coins d’impasse
Et je n’ai trouvé
Quoi moi-même
Au délabrement.

Mon inconstante magistrale
D’un objet à l’autre
Ballottée
Pourtant chacun m’absorbe
Infiniment
A m’en faire mal
En l’instant où il me tient
Mais dès qu’un autre m’agrippe
Ou même m’effleure
Je suis toute aspirée
En cette nouvelle affaire
Et ma vie en dépend
Et j’en mourrais de douleur
Et d’amour
Parce qu’il est là
Parce qu’il me regarde
En biais
Paresseusement embrasé.

Et tout nous oppose et nous lie à la fois.

Le trait
Dilué
Dans l’ensemble
Douteux
Composé
Au gré des regards complaisants
Des avis consensuels
Du général rassemblé
Une définition unie
Appauvrissant la fougue
Le désordre
Et le multiple diffracté
L’étincelle
Amoindrie
Presque perdue
Sous l’influence
Du paraître délétère
Il faut capturer
Une essence acceptable
En un personnage unanime
Grossièrement banal
Accepté.

Je me laisse encore prendre
Massivement,
Par l’indéfinissable endroit
Où je n’ai place
Lorsque la douleur mord
Et le venin s’infiltre
S’insinue
Et s’étend
A l’ensemble de l’être
En matière de non substance
Confondu
L’intégrité
Intégralement contaminée
Je succombe
Sans appel
Sans nuance
Au poison qui pénètre
Ma vérité
Toute absorbée
En ce point tâche d’huile
Propagé
Palpitant
Et je succombe
Ma dépendance, ma faiblesse
Absolues
A la dévoration du refus
Majestueusement
Sans once de retenue
Ou de scrupule
Dans son parfait détachement
Aux cimes de mon désenchantement
Déchirant les chairs
Saccageant mon âme
Se glissant
Et traquant ma trace.

A.T.

0 Réponses à “Errances”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




Un livre Un jour |
Saffaetcharlotte |
Vis, Vole et Deviens... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Les lendemains de la poésie
| Leblogdelpapet
| Cheminfaisant56